PK et Mg

Le groupe PKMg du COMIFER compte une cinquantaine de membres dont une vingtaine particulièrement actifs. Il se réunit une à deux fois par an pour faire le point des avancées scientifiques, partager des informations et des références, établir ou actualiser des règles et références de bonnes pratiques de fertilisation.

 

comifer couv pkRetrouvez ci-dessous toutes les informations sur le groupe PKMg :

  1. Présentation du groupe
  2. Actualités
  3. Productions
  4. Bibliographie 
  5. Informations générales sur les éléments

 

 

 

1. Présentation du groupe

Groupe PKMg composition

Les travaux passés du groupe ont conduit à définir les bases de modes de raisonnement actuellement utilisés en France, en premier lieu la grille de dose PK COMIFER et des outils dérivés des mêmes concepts (RegiFert, ...).

Le groupe intègre également les préoccupations de la protection des eaux contre le risque d'eutrophisation, ce qui passe par une bonne gestion, ajustée aux besoins des cultures des intrants minéraux et organiques.

Il se penche également, sur l'évaluation des qualités fertilisantes de nouveaux produits ou sous-produits apparaissant en agriculture (dérivés du traitement des effluents ou déchets, sous-produits industriels,…) dans l'optique du recyclage d'éléments nutritifs pour économiser les ressources minières.

Il permet de faire partager des informations ou références liées à la gestion de la ressource, à la réglementation des Matières Fertilisantes, et à l’environnement économique.

Enfin, il s'intéresse à la définition de nouvelles approches de la biodisponibilité des éléments nutritifs : nouvelles méthodes analytiques et rénovation du raisonnement de la fertilisation.

   

2. Actualités

Ce groupe est animé par Pascal DENOROY de l'INRA de Bordeaux. La prochaine réunion aura lieu le 24 novembre 2016.

La dernière réunion du groupe PKMg s'est tenue le 23 mars 2016 à Paris. L'ordre du jour était le suivant :

  • 20160323 COMIFER Groupe PKMg C.Jouany poster23La vie du COMIFER : informations diverses (C. Le Souder, COMIFER), prélèvement de terre en non-labour et interprétation des analyses (E. Régniez, AUREA)
  • L’actualité du PKMg hors COMIFER : le marché des engrais (UNIFA), le marché du K (O. Goujard, K+S Kali France), les "focus group" du "Partenariat Européen de l'Innovation", Typterre (RMT Sols & Territoires), les mots de l'agronomie, groupe de réflexion sur la spatialisation des stocks et des flux de phosphore (RMT Fertilisation & Environnement)
  • La vie du groupe PKMg : évolution de la partie PKMg du site web du COMIFER (P. Denoroy, INRA Bordeaux ; L. Leconte, COMIFER), actualisation des documents COMIFER et évolution de la méthode COMIFER pour le raisonnement PK (P. Denoroy, INRA Bordeaux)
  • Utilisation et interprétation de l’analyse DIP (extrait à l’eau) (J-M. Parmentier, Rosier)
  • Dynamique du phosphore dans les systèmes de grande culture biologique du réseau RotAB (C. Jouany, INRA UMR AGIR Toulouse)

Pour consulter l'ordre du jour des précédentes réunions du groupe PKMg, CLIQUEZ ICI.

Pour télécharger les comptes rendus et les présentations des réunions, consultez l'espace adhérents.  

Pour toute information concernant le groupe PKMg, merci de contacter l'animateur du groupe : Pascal DENOROY.

 

3. Productions

  • Grille de calcul PKMg et table des exportations PKMg (2007 et 2009)
  • Eléments complémentaires à la méthode de raisonnemnent de la fertilisation PK permettant d'aider à sa mise en oeuvre (1997)
    Document complémentaire à la brochure de 1995 - 49 pages
  • Aide au diagnostic et à la prescription de la fertilisation phosphatée et potassique des grandes cultures (1995)
    28 pages

Pour commander ou télécharger gratuitement les productions, consultez la rubrique brochures.

 

4. Bibliographie

Actes des Rencontres COMIFER-GEMAS :

Pour consulter les actes des Rencontres en lien avec P, K et Mg, cliquez ici.

 

Bibliographie sélective (non exhaustive) :

Pour consulter la bibliographie en lien avec P, K, et Mg, cliquez ici.

 

5. Informations générales sur les éléments

Comifer champs colzaLe groupe PKMg du COMIFER s'intéresse aux éléments phosphore (P) potassium (K) et magnésium (Mg).

Ces trois éléments nutritifs indispensables aux cultures ont pour caractéristique commune que leurs formes naturelles sont en forte interaction avec la phase solide du sol, ce qui fait que leur disponibilité pour les cultures va largement dépendre des propriétés du sol.

Les flux annuels d'absorption par les cultures, et a fortiori, d'exportation par les récoltes, sont relativement limités en regard du stock total du sol. Mais une part seulement de ce stock total est biodisponible, une large part étant incluse dans des minéraux peu à très peu solubles à court terme. Leur absorption racinaire se fait forcement en phase liquide, au sein de cette seule fraction biodisponible.

Ces similitudes de comportement de ces éléments dans le fonctionnement du système sol-plante conduisent à ce que P, K et Mg soient traités dans le même groupe thématique du COMIFER, afin d'aboutir à des règles similaires de bonne gestion de la fertilisation des cultures et de la fertilité des sols.

 

Comifer plantes2Phosphore, potassium et magnésium sont des éléments dont la dynamique se raisonne sur plusieurs années, en prenant en compte l'évolution progressive des stocks minéraux et organiques du sol.

Les carences sur grandes cultures en P, K ou Mg, relativement rares actuellement en France suite aux fertilisations importantes réalisées au 20ème siècle, sont susceptibles d’apparaître ou de réapparaître mais très progressivement ; aussi le raisonnement de la nutrition des cultures en P, K et Mg est souvent perçu comme secondaire après celui de la nutrition N. Il n'est reste pas moins que ces éléments peuvent être limitants et qu'une nutrition mal équilibrée des cultures conduit à l'inefficacité de l'usage des intrants.

A l'inverse, les risques de sur-fertilisation en P sont importants en contexte de fort surplus d'effluents d'élevage. Le transfert de P vers les eaux de surface pouvant conduire à l'eutrophisation, il importe de bien adapter l'apport de P aux besoins des cultures, dans le cadre de pratiques agricoles évitant les pertes vers l'environnement.